Le petit semainier

Peinture de STEFFAN, Johann Gottfried (Wdenswil 1815 – 1905 Munich)

Je n’ai jamais su pourquoi le sourire étreint les branches du chêne, ni comment l’oiseau épris me donne la becquée, ni que font les neiges éternelles, sur les chemins gantés de poussière blanche, lors que les yeux sont aimantés par les cimes rebelles : elles n’ont pas su rester… Et le corps de danser.

.

Jeudi

L’écume des saisons,
Comme une pensée,
Troublée à l’horizon,
Défait le sens de l’orientation.

.
Vendredi

Mais un papillon,
Te donne à sourire.
Dès que le vent moissonne,
Le blé est pur.

.
Samedi

Ne me demande pas pourquoi,
Tant de joie,
Ne me demande pas pourquoi,
Je suis là !

.
Dimanche

Beaucoup de dérives,
Beaucoup de silence,
Mais beaucoup de chants,
Même la mort est dedans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s