Histoire de Fous

梁楷 Liang Kai (c. 1140 - c. 1210) - Liang-kaj csan festményei

Le fou rit un peu violemment et surprend son compagnon.
Celui-ci lui demande la raison soudaine de son hilarité.
– C’est simple, je me suis rappelé que les hommes croient que le Royaume des Cieux est sur terre.
– Et ce n’est pas le cas ?
– Penses-tu ! Les Cieux et la Terre, comment peuvent-ils confondre ?
– Mais alors, qu’est-ce que nous vivons ici ?
– Je crois qu’il s’agit d’un brouillon.
– Es-tu sûr ?
– En tous cas, je suis sûr que ce n’est pas le Royaume des Cieux.
– Mais alors, les gens sont bêtes de se battre pour du brouillon.
– Je crois qu’ils sont surtout fous de gâcher autant de papiers…
– Mais la vraie copie, où se trouve t-elle ?
– Dans la vraie question.
– Et qu’est-ce que la vraie question ?
– Justement, c’est ce qui me fait hurler de rire.
– Ecoute, je ne comprends rien à ce que tu dis ! Si tu n’arrêtes pas de rire, je m’en vais.
– Je crois que la question est à l’intérieur et non à l’extérieur.
– Ah ! Oui, je saisis, c’est en nous… Ah Bah à ce rythme, nous ne sommes pas sortis de l’auberge !

Publicités

Histoire de fous

Folio 162 Verso: maqama 49. Abu Zayd dying and his son

Le fou qui avait peur de la peur s’arrête alors et interroge son compère :
– Et toi, n’as-tu donc pas peur ?
– Non
– Peux-tu m’en dire plus ?
– C’est grâce à elle que j’ai avancé. Alors, je n’ai plus peur. Depuis nous rions ensemble. La drôlesse m’a tout expliqué.
– Que t-a-t-elle dit ?
– Il valait mieux avoir peur maintenant que plus tard.
– Mais quel est le remède à la peur.
– Ha ha ha , j’hésite à te le dire.
– Dis-moi, mon frère !
– La pire des choses c’est de ne plus avoir peur, tandis que le remède est l’espoir. Lorsque la peur devient crainte révérencielle, l’espoir t’attrape et ne te lâche plus.
– Mais, qu’est-ce que l’espoir ?
– Un chemin que trace la Joie contre toute insouciance.

Histoire de fous

Un fou voit un autre fou prendre ses jambes à son cou.
Il l’interpelle : « Hé, pourquoi cours-tu ainsi ? »
L’autre, à perte d’haleine, de lui répondre : « Je fuis car la peur me poursuit. »
Son compagnon lui jette un regard plein de compassion et lui dit : « Tu ferais mieux de t’arrêter, elle t’a déjà attrapé. »

Le Pont

 L’Amour franchit les frontières puis les absorbe toutes.

Résultat de recherche d'imagesChapelle Sainte-Madeleine (Massiac, Cantal)

Au crépuscule du vent prometteur, ce qui est douceur est rondeur d’une pierre. Des prouesses vagabondes, les montagnes enlacent en cette danse toutes les promenades de nos pas. Le milan royal tournoie et le Ciel est en extase. Depuis ce refuge, je vous lance mon chapelet qui vous signifie : venez donc, sur un pont* qui nous connaît. Notre solitude est en L’Union de nos âmes exhalées, un parfum d’Éternité.

 

*L’on rapporte que Sainte Madeleine lançait son chapelet pour avertir Saint Victor qui se trouvait sur le mont d’en face. Ils se retrouvaient ainsi sur le pont. 

Silence

「菱田春草」展 : 日本経済新聞

Aux confins des terres, en un singulier pays,
Au déclin du jour, un homme scrutait le ciel.
Il vit trois mésanges le saluer et l’appeler: L’Ami.
Il sourit en accueillant ce signe providentiel.

Depuis longtemps, il vit sans rompre le silence.
Seules quelques bêtes se rassemblent autour de lui.
Je l’ai surpris un jour, malgré sa vigilance.
Il fait montre de bienveillance : je suis son ami.

Peut-être ne suis-je qu’un oiseau sur une branche ?
Qu’en savez-vous ? Je l’aime sans limitation.
Il peut me négliger en ce pieux silence.

Chaque jour, je m’unis à sa méditation.
Peut-être ne suis-je qu’une herbe que foulent ses pas ?
Qu’en savez-vous ? Je lui suis fidèle jusque là.