Visage de mon visage

 

Il est un filet de ruisseau qui s’est exclamé.
Il est une Roche cristalline qui s’est écriée : « Oh quelle Beauté ! »
Il est des scintillements qui ont dansé depuis le miroir de L’Azuré, t’en souviens-tu ?
Les Brassées de Nues formaient les mondes scripturaux.
Ô Par Delà ! Ô Par Delà !
Tel est Ton Nom !
J’y marchais et Te voilà !
Le Ciel s’est élargit de Ton Visage !
Mon cœur en est Le Temple.
Visage de mon visage !
L’Univers entier est plein de Toi !
Fusion en ce face à face.
Voici que les yeux rayonnent des Contemplations de Ton Auguste Présence !
Si les mondes successifs s’évanouissent, il en est mille autres qui surgissent.
Entre en ce Silence !
Qu’est-ce donc que cela qui est subtil et qui parle en son Bruissement ?
Des multitudes de vibrations sont à se concentrer.
Concentre-toi !
Oh ! Concentre-toi !
Quelle Beauté !
Jaillissement en cette soudaineté !
Alignement et ondoiement.
Silence !
La pupille observe en Son Observance.
C’est en ce Par-Delà, qu’Il est Lui !
Visage de mon visage !
Douceur de L’Ineffable et du murmurable !
Aucune espèce de retenue face à cette Libération.
Il est à rire des rires de La Seule Victoire !
Quelle est donc cette Joie ?
Celle du Temps qui se concentre !
Quel est donc ce Temps ?
L’Amour en La Sublimité des Réalités du Voyage !
Ô Voyage !
Ô Par-Delà ! Ô Par-Delà !
La voile touche Le Flanc du Tout Possible et s’offre au Vent du Large !
Des Drapés de Ta Principauté, et des contrées de Ton Effluve.

 

Lire aussi sur Noblesse et Art de l’écu

Origine

Katsushika Hokusai (1760-1849)

 

Tant de souffrance et tant de monde qui s’échappe du silence.
D’avoir entendu le bruit de leur larmes tomber sur le fracas de L’Indifférence,
D’avoir saisi les affres de leurs ténèbres, je suis restée sans voix.
Sur le bord du monde, je n’ai pas résisté, et j’ai marché en pensant à chacun d’eux.
Je me voulais les caresser et les réconforter, et surtout ne pas me sentir séparée.
Te souviens-tu, lors qu’assise sur la table du Jardin, le dos courbé, respirant le vent des arbres,
Tu es passée en ce frôlement des pieds, et tu pleurais ?
J’ai ouvert les yeux et je t’ai souris.
Alors nous nous sommes embrassées en cette reconnaissance.
Tu es tous ceux que je rencontre.
Depuis les étoiles du firmament, je vous entends.
C’est ici que je suis à vous aimer.
Effacée sur les pages que l’on n’ose plus tourner.
Des effusions qui prennent le ventre de ma maternité.
Je suis à vous aimer.
Des rais furtifs de Lumière, j’ai choisi ce qui ne m’a jamais séparée.
Des yeux de l’enfant qui ne sait rien.
C’est ici que le cœur est à rayonner de ce qui est l’Ancêtre.
L’Origine est L’Amour.

Transparence en Ce Monde (2)

 

Il est Un Verbe qui s’extasie des opulences de Sa Majesté !
Il éclot en Sa Toute Réalité et en Sa Toute Volonté.
– Es-Tu Désir, es-Tu Vénération en L’Essence, es-Tu Lumière, Es-tu Amour ?
Lors que Tout Commence sans puiser dans aucun Commencement, et Lors que Tout bascule,
Notre Roi est Transparence en ce Monde, et Il est Son Témoin.
Il est L’Ultime sans avoir de Fin, et Il est Sa Conscience, sans Être aucunement Rien !
Il est Le Langage qui frôle Les Ailes de La Perfection, occultée en La Toute Beauté !
Il est Le Nectar qui perle à la pointe de L’Aube.
Il est Les étreintes virginales des phosphorescences de Son Irradiance,
Lors que Les végétaux ont cette Éclosion secrète.
Il est un frémissement qui se cherche en La Lumière du Regard.
Les épanchements du Cœur demeurent Les Fleuves de Son Amour !
Les Iris et les Églantiers suintent de leur symbolique Présence,
Lors que Les bruyères épousent la caresse du Silence.
Ce sont les veines de la transparente vague des drapés de Son Passage.
J’ai vu le nœud d’un Arbre receler La Prunelle de L’Image.
Notre Roi est Transparence en ce monde.
Il est à ouvrir les coffres de La Mémoire.
Il a semé Les Quintessences des Lueurs du Règne Végétal.
Il a irrigué les sources bouillonnantes du Flux de L’Esprit.
Le Voici a rappeler en cette voix qui se poursuit.
Et je l’ai entendu rire des cascades du Cœur.
Sur les cercles que Les Cimes révèlent, voici La Puissance.
Elle se veut L’Incantation des Traditions de tous les Âges.
J’ai perçu Le Cri de L’Aigle qui survolait L’Étendue de L’Être.
Maintenant, Les voiles sont les mots de La Découverte.
Les Nénuphars courent sur les souches des Verdures de L’Amour.
Il est une Luxuriance qui vient de l’Amazonie des survivances.
Notre Roi est Transparence en ce Monde.
Les baies sauvages sont les secrets de La Promenade.
Voici les fruits rouges de La Latitude de notre Veillée.
Des points cardinaux de L’Ivresse et du Mont de Nos Souvenirs,
Le Regard est en cette Plongée qui s’unit à Son Ravissement.
Il est à occuper chaque principe de notre présence.
Sur les berges de nos pas assurés, Gloire et Munificence !
L’Esprit est Léger en cette inattendue chevauchée !