D’Amour éternel

The Peacock Feathered CloakPeinture de Jake Baddeley

Il est un Fleuve infini dont les Mains sauvages
Apaisent toutes nos langueurs et du Cœur envolé
Contemple La Joie, et Le Défi qui ne point ravage,
Est cette Phrase soufflée par L’Ami : allez, allez…

N’est-ce pas alors un Jour nouveau qui nous arrive,
Lors qu’aucune ride imperceptible n’a offensé
Les Terres de nos Pères, et qu’en cette Rive,
Le Temps exulte et que Tout en Lui a commencé ?

Ces larmes inconsolables qui par nos lourdes fautes
Conquièrent L’Empyrée, lors qu’en Lui se sont baignées.
Les cimes de douces volutes et d’aspirations hautes

Nous ont cherchés, et en leur fougue nous ont trouvés.
J’ai posé fragile ma joue sur Ta Joue tendre.
D’Amour éternel, me suis donc laissée éprendre ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s