Ô Temps suspends Ton Vol

Résultat de recherche d'images pour "grand teton national park, mount moran"

Ô Temps suspends Ton Vol !

Tu as frémi de Ton Nom et Tu as accouru !
Mon Âme collée à La Tienne, si délicatement ne Te quitte plus.
Toi qui n’es jamais perdu, Ô Temps des Retrouvailles, lors que Le Cœur bouillonne de Ta Présence !
Que sait-on du Désir de Toi, lors que subrepticement, Tu es Là ?
Sur Les Ailes du Vent, les feuilles tournoient encore de Tes Luminescences.
Je ne T’ai jamais cherché, lors qu’à Toi, mon cœur est entier !
Si un seul instant, je pense que c’est moi, qui suis-je ?
Je sais que Tu es léger comme une plume, et Tu viens comme Tu n’as jamais quitté.
Je sais que Ta Vastitude est une poussière à nos yeux embués !
Lors que Tu soulèves un voile de Ton Secret, les pudeurs s’embrasent de Tes Splendeurs.
J’ai dit, à Ta Bouche unifiée : Tu es Beau !

Publicités

Paroles d’Amour

Woman in a Windstorm, c. 1780, Mughal. Ackland Art Museum, The University of North Carolina at Chapel Hill

 

Je suis enivrée par Ton Amour.
Il n’est pourtant pas un secret.
Le Monde a voulu m’encercler,
Regarde plutôt où L’Amour m’a menée.
Ils disent que L’Océan est ivre de Toi
En ce Premier Regard, je suis déjà folle
Je suis folle de Toi, n’en doute pas.
Cette folie s’est emparée de moi.
Tous sauront que je suis à Toi.
J’étais en un autre monde, et me voilà
Ainsi est mon état.
Tous ont décrété que je suis folle.
La Folie est la compagne de mes nuits.
T’étonnes-tu encore de ce qui me tient en vie ?
Me veux-tu en cette forme, ou bien celle que je ne suis pas ?
Ils disent que L’Océan est fou de Toi !
Qu’on le sache !
Je suis déterminée en ma Folie !
Je n’ai craint ni ce monde, ni L’Autre
A Tes yeux rivés, en Ton Essence que je respire
Le Parfum de Toi en mon Âme étourdie.
Je suis enivrée par Ton Amour
Me veux-tu sage ? Je ne sais plus que Toi.
Pour réjouir Ton Regard, me fondre en Ta Pupille,
Je bois en La Lune, et me fais Le Cerf des Bois.
N’en doute pas, mes vagues sont les chaînes que je chéris.
N’en doute pas, je renaîtrais mille fois pour un soupir de Toi !
Pour asservir Tes jours, je me fais l’esclave de Tes Nuits.
Mille fois je suis La Danse qui ne cesse pas.
N’en doute pas, je suis Celle qui se couche à Tes Pieds Bénis.
N’en doute pas, je suis née au creux du Jour des Perles de Ton Secret.
Je suis Celle qui ne sait plus rien que Toi.
Je suis enivrée par Ton Amour.
Ils disent que L’Océan est fou !
Je les laisse dire, car je suis tout à Toi !

 

Lire aussi sur Noblesse et Art de l’écu