Songe des prémices

Résultat de recherche d'images pour Peinture de Thomas Cole (1801-1848)

Est-il blessé ce cœur sensible qui T’aime tant ?
Sait-il encor respirer hors de Ta Présence,
Lors qu’il n’attend plus que Toi en L’ultime Instant,
En peine de Ton Retour, en peine de Ton Absence ?

Quel est ce sanglot qui serre ainsi tout mon corps ?
Du pied ruisselant que caresse une écume,
J’avance et n’aspire plus qu’à prendre mon essor,
Délivrée enfin d’un poids, légère comme une plume.

La beauté du crépuscule qu’embrasse La Lune,
Nous étreint de sa clarté au chant de Tes mots.
C’est Ton noble Nom, à mes lèvres sans amertume,

Qui en Sa Mention, s’élève tel un flambeau.
Des frôlements du songe telles des prémices,
Quel est ce tourment qui devient pur délice ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s