Allégorie du Jardin de L’Âme (2)

 

Chaque émanation de Ton Feu de Lumière est une Béatitude sans fin et chaque paume de Ton Cœur est Une Grâce offerte en La Majesté Lunaire. La Joie est semblable en L’Astre imprenable, semblable à Ta Sollicitude rayonnante. En L’Alcôve du Jardin se déploient les drapures de mille azalées et c’est en cette quiète assise que La Fiancée se laisse vêtir du Souffle de L’Éthérée. Éon des sublimations du seul Silence qui s’offre en L’Éternité.

Te souviens-tu de cette Oraison des houles de L’Océan, tremblante aux rivages des plaintes et des langueurs ? Ton Regard épouse les fulgurances de la pensée et s’évanouit au son des Contemplations. En L’Empyrée de La Joie, L’Océan danse, et s’élance en ce tumulte aussi loin que l’enlacent les bras de L’Azuré. Ce sont les divines Noces, lors que L’Âme est L’Amie qui désire auprès de Toi ne plus être et vivre La Joie de Ta Présence exhalée. Tu déposes en ce Sceau, Le Saint Secret et nous volons unis soudain au-dessus de tous les lieux, au-dessus de tous les espaces. Il est des hommes qui en leurs épousailles tressent les vignes du Soleil et boivent en l’effusivité de La Splendeur. Ainsi se trouvent-ils ici, en la faveur de leur pré-existence, à retrouver L’Empreinte de L’Aimé. Voici les fanfares célestes qui applaudissent au Retour des frères, car ils sont en cette affinité de l’Âme. En Sa Parole de Lumière, il a été dit : entre en Mon Jardin. Le Cœur éclot des dispositions du miroir et L’Âme s’émeut d’être assise auprès de ses frères. Elle est la disciple. En chaque chose, Elle se dresse hiératique et attentionnée. Elle est l’observatrice assidue. Elle est la douce compagne. Lève-ton regard en L’Amour et L’Amour est Resplendissance que les sens internels font descendre en ces mots. Mes frères, nous nous re-connaissons, fratrie de L’Âme ! Mes frères ! Voici Le Chapelet de Cristal et je le dépose révérencieusement à vos pieds. Nos yeux sont ceux de nos âmes. Pureté à ces Joyaux de Lumière ! Pureté devant Le Trône qui rassemble les semblables. As-tu saisi par Le Regard supra-sensible les réalités du monde de l’Au-delà ? Voici que les mains parlent, que les bouches dévoilent chacune leur secret. Voici que les yeux révèlent les mondes de leur intériorité. Tantôt infernaux, et tantôt de délices. Voici que chacun porte en lui son odeur. Je te parlerai du Trône, lors que les pas dansent au son des tambourins, que les voiles sont les sourires du matin. Il aime La Beauté ! Amour ! Des grappes de Ton Sourire sur le corps des frères. Telle est L’Assemblée de convergence. Telle est La Lune qui s’unit au Soleil, son Bien-Aimé.

© Océan sans rivage, Allégorie du Jardin de L’Âme

 

Se lit aussi sur Noblesse et Art de l’écuSofrino (Russie)

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s