La mère

Нестеров Михаил Васильевич. Женская фигура (на коленях). 1915. Этюд к картине "В лесах" Холст на картоне, масло. 36 x 26 смPeinture de Mikhaïl Vassilievitch Nesterov (1862-1942)

S’il faut tout quitter et tout laisser derrière soi
S’il faut pour ne pas fléchir, protéger son âme,
S’il faut sacrifier les rires fusains, aller droit…
Lors, nous baissons la tête mais portons haut la flamme.

Nous n’avons pas été nuance, ni compromis.
Nous choisissons ce qui fait de nous cette guerrière.
Peu importe, tant que le cœur va vers la Lumière :
Toute effusion, même amère, devient Alchimie.

J’ose le dire : tout ce qui n’est pas Lui périra.
Je brandis la lance de mon âme, ravale mes larmes.
Les temps sont cruciaux et c’est Lui mon oriflamme.

Enfants ! la mère dont le ventre était votre voyage,
Vous nourrissait jour et nuit avec ce même droit
De dire les mots justes qui sont aussi votre message.

Auteur : Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s