Grande odyssée

Résultat de recherche d'images pour "capitaine haddock qui tombe"

S’embarquant sur la nef, fuyons ce qui sépare !
Hissons les voiles ! Voguons L’Ami, tant que les liens,
Point ni ne nous entravent, ni point ne nous égarent ;
Le vent marin, pour l’Odyssée, est un grand bien.

Ni tempête, ni ouragan, ni même brise marine,
Ni sédiments au fond des abîmes nous dévient.
L’algue féline revêt le bleu de ta poitrine.
Capitaine, c’est le sel de quelques larmes de pluie

Qui caresse le hublot de la cabine, où tu songes encor,
Sans doute, à toutes ces traversées à fond de cale…
Là-bas, surgit L’Île, au nord du point cardinal.

Capitaine, les eaux-vives surpassent tous les décors.
Que vois-je ? Un homme ordinaire, toujours solitaire,
Toi de me dire : Ordinaire, mais les pieds sur terre !

2 réflexions sur “Grande odyssée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s