Ardent Désir

 

Des filantes Constellations
Au Jour de notre Union,
Qui peut défaire cet Amour ?
L’Hiver consume mes brûlures,
Au cœur dilatatoire, nulle usure !
Du Rayon de notre ardent Désir,
A notre âme expirant en Ton Soupir,
Jaillit Le Temps de L’Éternel Jour.
Les oiseaux m’enivrent d’ailes incessantes,
Du breuvage à La Coupe, il n’est que Présence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s