Paroles d’Amour

Woman in a Windstorm, c. 1780, Mughal. Ackland Art Museum, The University of North Carolina at Chapel Hill

 

Je suis enivrée par Ton Amour.
Il n’est pourtant pas un secret.
Le Monde a voulu m’encercler,
Regarde plutôt où L’Amour m’a menée.
Ils disent que L’Océan est ivre de Toi
En ce Premier Regard, je suis déjà folle
Je suis folle de Toi, n’en doute pas.
Cette folie s’est emparée de moi.
Tous sauront que je suis à Toi.
J’étais en un autre monde, et me voilà
Ainsi est mon état.
Tous ont décrété que je suis folle.
La Folie est la compagne de mes nuits.
T’étonnes-tu encore de ce qui me tient en vie ?
Me veux-tu en cette forme, ou bien celle que je ne suis pas ?
Ils disent que L’Océan est fou de Toi !
Qu’on le sache !
Je suis déterminée en ma Folie !
Je n’ai craint ni ce monde, ni L’Autre
A Tes yeux rivés, en Ton Essence que je respire
Le Parfum de Toi en mon Âme étourdie.
Je suis enivrée par Ton Amour
Me veux-tu sage ? Je ne sais plus que Toi.
Pour réjouir Ton Regard, me fondre en Ta Pupille,
Je bois en La Lune, et me fais Le Cerf des Bois.
N’en doute pas, mes vagues sont les chaînes que je chéris.
N’en doute pas, je renaîtrais mille fois pour un soupir de Toi !
Pour asservir Tes jours, je me fais l’esclave de Tes Nuits.
Mille fois je suis La Danse qui ne cesse pas.
N’en doute pas, je suis Celle qui se couche à Tes Pieds Bénis.
N’en doute pas, je suis née au creux du Jour des Perles de Ton Secret.
Je suis Celle qui ne sait plus rien que Toi.
Je suis enivrée par Ton Amour.
Ils disent que L’Océan est fou !
Je les laisse dire, car je suis tout à Toi !

 

Lire aussi sur Noblesse et Art de l’écu

Publicités

L’Éternel Amour

 

Il est une crucialité qui ne se dit plus.
Il est une intimité qui ne se découvre plus.
Il est un chant qui n’est plus qu’un murmure.
L’Echo est Le Verbe Jaillissant des tremblantes ramures.
En ce Germe primordial, sont les effets de L’Éclosion.
Pour chaque grain est une possible saison.
Certaines attendent L’Heure et sont peu fécondes.
Beaucoup sont en terre stérile et deviennent poussières.
L’Âme reconnaît L’Âme, et se laisse accueillir en Son Mystère.
La Bouche est surprise des brises de L’Amour parvenus en ce monde.
Il est un Lac imperturbable et de virginité innommable.
En ce Zéphyr de L’Orient Oriental, L’Occident naît de L’Incommensurable.
J’ai vu L’Ermite des Montagnes, assis sur un Rocher.
Il est resté en Son Souffle tel un Silence hébété.
En ses mains, le chapelet d’une vie qui cueille les perles matinales.
Les imperceptibles douceurs de L’Opale de Son Âme.
Les yeux ont l’intensité du monde que l’on visite en Secret.
Les beautés des langueurs du Soleil Auroral,
Lors que s’effacent, un à un, les écueils d’une trame.
C’est en cette mort, que la vie est La Vie,
Lors que chaque Respir est La Naissance d’une claire Nuit.
Ne vois-tu pas comme est à se transformer cette matière ?
Elle est active depuis La Chaleur de L’Energie Première.
Ô bouillonnantes Larmes qu’enivrent les soupirs.
C’est de Toi que cette Flamme est l’étourdissant Expir.
Pour chaque cercle ascendant, il est une pureté qui se clame.
La Révérence est une Révérence depuis notre intime Âme.
Le Roi est La Joie de Son Désir en ce Retour.
D’être et de mourir, est L’Éternel Amour.

                          Océan sans rivage

Le Roseau et Le Fou

https://i1.wp.com/joelasqo.com/blog/wp-content/uploads/2013/09/Sufi-playing-the-ney-%D9%86%D8%A7%D9%8A%E2%80%8E-painting-by-Zonano.png

Le Roseau s’est penché et a tant pleuré :
« – Où sont donc les souffles de mon compagnon ? »
Un fou l’a entendu et lui a de suite répondu :
« – J’ai vu, céans, une belle, m’en suis épris.
Les rosées de son parfum sont à me hanter.
Mille fleurs ont étourdi mon cœur éperdu.
Je gis en cette pleine mélancolie.
– Quelle est donc cette Dame qui te fait tant languir ?
Un seul de tes soupirs me donnerait la vie.
Ô Fou, le veux-tu ? Tes lèvres sont gage de ma Naissance !
Je tremble de n’avoir plus le doux Désir.
Ton cœur ardent éveille mon souvenir de La Présence!
Je vois bien que tes yeux ont le flamboiement des Amoureux.
Ô Fou, veux-tu être l’amant d’un Roseau ?
Veux-tu me transmettre la vérité des langoureux ?
Ton cœur est vaste des fougueux soubresauts !
J’y perçois les vagues de L’Azuré.
En ton âme éplorée, je me coucherais,
Depuis les rives d’un étang, je serais à voguer !
A mon tour, je verrais Ta Bien-Aimée.. »

Océan sans rivage

Voir aussi sur La Nouvelle Héraldie ou Noblesse et Art de l’écu

https://ocanocean.files.wordpress.com/2016/10/6ba3e-blason2bcannes-25c32589cluse2b25282bd25c325a9partement2bde2bseine2bet2bmarne2b2529.png?w=474

Ondes Célestes

https://www.bridgemanimages.com/uploads/article-bal-84729.jpg                       Peinture de Sir William Blake Richmond

Les ondes célestes ont inversé les vagues
Le Plafond Lacté est L’Océan de L’Astre
En ces transparences que voilent les brumes
Des transpirs exhalés en cette intime écume

Les perles du Front d’un Miroir de L’Origine
Lors que L’Indicible éclot en La Virginale Larme
La Rosée est ce soupir suspendu en l’instant sublime
Qu’accueille Le Cœur tremblant d’une Âme.

Naïla