L’Ami

Tutti i momenti sono belli, ma devi essere ricettivo e in atteggiamento di resa. Tutti i momenti sono benedizioni, ma devi essere capace di vederli. Tutti i momenti sono regali. Se li accetti con profonda gratitudine, niente andrà mai storto.(Osho) #watercolorarts

 

 

Cherchez L’Ami, ne fléchissez jamais.
Quand même vous ne le trouvez pas,
En vous, il est un Secret.
L’Ami arrive et vous l’avez toujours connu.

Publicités

Promenade néolithique(2)

st-ilpize

Photo prise depuis St-Ilpize (Haute-Loire)

Si L’Amour étaient mille flèches, aucun poison n’aurait son équivalent. Ses meurtrissures sont les secrets du cœur. Pour chaque flèche, il est un onguent. D’aucuns s’effraient de sa force et des ruines qu’il révèle. Or, les blessures sont souvent le signe de la guérison. L’Amour, en son Essence subtile, parfume Le Ciel et La Terre et se fait pur Don. Jamais, il ne négocie. Il s’envole des plaintes ardentes de L’Amant. Ne s’évade-t-il pas des cercles infernaux pour s’unifier aux spirales ascendantes qui en leur Plénitude le fait parvenir jusqu’au firmament de l’intense Silence ? N’est-il pas aussi L’Océan qui se disloque en L’Illimité, puis, s’en revient caresser le rivage et s’y reposer ? L’Âme parcourt des mains, Le Ciel enchanté et s’extasie en son rêve, oh oui, le rêve chrysalide de L’Esprit en la plus extraordinaire féerie. Là-bas, niché en son secret, un village dort. Il ne connaît plus le rire depuis si longtemps, le rire du tréfonds de L’Âme. L’Amant invoque Le Serment, Jardin des Délices et L’Echo court dans la montagne puis verse des rivières de dentelles peintes au bout des doigts des verdures primaires. Là est Un Eden, et Le Cœur Le contient en cette acuité. Les genêts sourient au soleil, tandis que les rochers s’animent de petites fleurs pourpres. De blancheur, le cœur s’envole jusqu’aux coquelicots et dépose un léger baiser. Le trèfle resplendit en sa grande humilité et se vêt de rougeur. Comme le regard vibre de Ton Jardin que nous traversons et c’est en Toi qu’est Le Jardin. Ta Promesse est Vérité et j’ose à peine en parler. Si L’oiseau est ivre, les nuages aussi font des danses extatiques. Beauté en L’Émerveillement du Seul qui règne. Il parle aux roches, aux mousses, aux petites baies et les arbres sont parés jusqu’au bout des branches de couleurs festives tandis que L’Amour chante son Extase. Il est cette Extase ! Expansion vivace du Verbe. Prends le temps, Ô Marcheur et laisse L’Âme du monde éclore en toi ! Laisse La Maison t’envelopper de Sa Douceur ! Des rondeurs de la pierre ancienne, lors que les pas touchent à peine le sol, révérenciels, ils le sont, devant les myriades de déclinaisons vénusiennes. La pierre est brute de son vocable et se fixe en permanence dans les ondes de la matière tout en dansant perpétuellement. Sédiment de l’origine, Jaillissement de cette densité en conglomérat qui vibre intensément. Entends-tu La Pierre ? Informité et forme tout à la fois ? Entre en Sa bouillonnance créationnelle en ces multitudes d’éléments. Entre en Sa Louange ondoyante ! Accède à La Parole de L’Esprit matérialisé ! Tel est L’Homme qui palpe de ses mains l’impalpable et renoue avec L’Indicible Origine. Noble Pierre, Brute de toute sculpture et pourtant se sculptant à l’infini en ce microcosme de L’Ethéréité d’un seul Point. Ainsi, le chemin vibre entier de Silence verbal. Le corps reconnaît et se cimente à L’Unification de L’Incantation Primordiale.

Soleil de L’Apogée

monade

 

Imagine une Fleur exhalant mille pétales à la fois, il resterait Son Cœur qui épancherait mille autres Fleurs encore. En chacun de ces Respirs est un Retour, tandis que Tout se résorbe en L’Un. Qui de L’Inspir est Le Premier et qui de L’Expir est Le Dernier ? Lors que L’Un entraîne L’Autre, alors sont saisis par brassée tous les souffles et tous sont à tournoyer au Soleil de leur Apogée.

 

L’Union

أدب وثقافة عربيّة /Littérature et culture arabes / Arabic literature and culture: STRUCTURE DE LA BALAGHA de Ahmed ISMAILI

 

L’Union est La Retrouvaille des Vagues au delà de La Séparation et La Joie est le goût de L’Éternité que clame L’Océan pacifié. Tout périt sauf La Promesse. L’Océan se suspend à la goutte du Cœur exsudé. L’Âme est à L’Âme une Danse qui révélera un Jour Son Secret. Donner n’est jamais assez, recevoir est infime au cœur de L’Exalté.

 

Goût de Fleur

Hana ikkon (Une coupe en admirant les fleurs), woodblock print by Tsuzen Nakajima (Japanese)Estampe de Tsuzen Nakajima

 

La Connaissance exulte de L’Ivresse tel le parfum qui s’extasie au gout de la Fleur. Des jours dans l’embrasure des Portes que l’on ouvre grâce à La Clé du Cœur. Les abeilles butinent le pollen du Ciel de leur Âme puis arrosent de poussière d’or la Terre. Des myriades de signes en L’Ouverture Céleste. Quand L’Un s’accomplit, Tous sont en route et La Lumière sourit.

 

Un Instant

Naturbilder: schöne #Naturbilder #Natur #Baum

 

Les écrits sont des jardins où butinent les mots envolés dans les cieux de l’esprit qui a faim. Des cœurs à l’infini lors que les bouches ont soif des guérisons de la finitude. Ces feuillets sont l’automne des bourgeons qui reviennent chaque printemps. Alors, les mots sourient éternellement d’avoir fleuris, ne serait-ce qu’un instant.