Grappe du Jardin

A son bec, le fougueux Amour, et L’Oiseau déchire un Dôme invisible. C’est ivre qu’il boit encore à la grappe du Jardin. Chaque instant est Son Vin. Chaque Souffle est Son Silence. Union de L’Âme en L’Empyrée de L’Essence, au Parfum de L’Un. En cet Au-delà, il n’est plus, ni pourquoi, ni comment. Il est une paix où les vagues s’unissent au prétexte d’un Voyage. Des fulgurances de L’Amour, Le Désir est une Constance qui ne vient pas de ce monde-ci. En La Nuit, L’Oiseau s’abreuve des mystères de l’existence. Chacun est à tenir la corde de son Destin. Des yeux qui s’allument à la lueur d’un parchemin, l’oeuvre est déjà au firmament Le Livre de L’Union qui danse. Comme est pauvre celui qui vient au Jardin voler subrepticement des semences qui n’auront en lui aucune résonance ! L’Oiseau tient une cordée invisible aux yeux de l’inexploré. Entre en tes flots et creuse le sillon de Ta Voix. Fais silence et acte de transparence. Telle est L’Envolée qui devient les feuilles que l’on n’efface pas. Tel est Le Tournoiement grisé de L’Oiseau de L’Êtreté, échappé, échappé en cette Béance qu’il n’a pas soupçonné et qui le laisse hébété, hébété…

 

Se lit aussi sur Noblesse et Art de l’écu

Publicités

Quintessence d’un Chant

Estampe de Qing Tianzhu

A L’aube enchanteresse des drapés de Rosée
Les montagnes au loin s’alignent, et sur la branche
Si haut perché, le merle poursuit sa mélopée.
Mon âme en est soudain transfigurée et s’épanche.

Au silence de L’Appel intérieur est une grandeur.
L’Iris même pleure de son extase et blanche,
Cueille Le Silence du Souffle que répand mon cœur.
Je T’aime et bois ivre La Nuit de Ton Opulence.

C’est en ce sourire que La Lune luit des matins
Lors que La Rose pourpre s’offre au Ciel de Lumière.
Le Merle cueille ce Transpir depuis le vent turquin.

Il m’apprivoise de Sa Constance : c’est un Mystère.
Quel est donc ce Silence au grappe des Vignes éthérées
Dont l’âme se nourrit sans jamais être rassasiée ?

 

Se lit aussi sur Noblesse et Art de l’écu

Silence

「菱田春草」展 : 日本経済新聞

Aux confins des terres, en un singulier pays,
Au déclin du jour, un homme scrutait le ciel.
Il vit trois mésanges le saluer et l’appeler: L’Ami.
Il sourit en accueillant ce signe providentiel.

Depuis longtemps, il vit sans rompre le silence.
Seules quelques bêtes se rassemblent autour de lui.
Je l’ai surpris un jour, malgré sa vigilance.
Il fait montre de bienveillance : je suis son ami.

Peut-être ne suis-je qu’un oiseau sur une branche ?
Qu’en savez-vous ? Je l’aime sans limitation.
Il peut me négliger en ce pieux silence.

Chaque jour, je m’unis à sa méditation.
Peut-être ne suis-je qu’une herbe que foulent ses pas ?
Qu’en savez-vous ? Je lui suis fidèle jusque là.

Rossignol des murailles

C’est un étrange petit oiseau qui vint tantôt.
Il est peu farouche et attend que l’on épouse
Sa Présence. Sur les murailles, il s’accroche très haut.
Sa finesse émeut tant le cœur qui l’approuve.

Je lui cherchais un nom, pour enfin lui parler.
Petite fille dans les bois qui l’entend encor.
Timide, elle lui dit des douceurs sans compter :
Oiseau de mon âme, c’est Toi, n’est-ce pas, Trésor ?

Danse donc au Ciel de nos envolées communes,
Et plie aussi les distances pour Lui dire ces mots :
Que mon cœur enivré s’exclame en volute !

Que sais-je, si ce n’est Lui, Lui, et Lui, Le Très Haut ?
Je ne sais, que poussée par les ailes de Son Ciel,
Chanter en L’Infini, Oiseau ! Mon âme t’appelle.

 

Se lit aussi sur Noblesse et Art de l’écu

L’Orage est passé

soyka62 - Qin Tianzhu

   

 

 

 

     L’Orage est passé
     De l’Autre Côté
     Le merle chante.

 

 

 

L’Echo est une partition de nuages,
Sans que rien ne s’emmêle,
Des douceurs d’une Voûte.
Le cœur s’étonne : il n’est rien qui ne soit pas, excepté les nuages qui passent.
Où s’en vont-ils ?
La voix répond : ce n’est qu’un prétexte pour que tes yeux deviennent perspicaces.

 

Ruisseaux du Silence

Yu Feian(于非闇) ,《朱竹翠鸟》立轴

 

L’Oiseau se suspend au souffle du printemps et ne bouge plus. Son cœur valse des touches du vent léger et c’est là que ses ailes tremblent des flux de L’Amour. Des nuages passent mais il ne s’évade pas de l’étrangeté, ni des minuscules bourgeons qui lui parlent délicatement. Ruisseaux du silence mélodieux.