Le petit chien

Afficher l'image d'origine

Une nuit, je fis ce rêve étrange
J’étais un petit chien modeste
Parmi d’autres, un Géant pour Maître
Nous occupait, tout le long du jour
Le cœur joyeux de Le servir, nous vaquions
Notre logis était un grand Palais
Nous étions semblables aux anges
Aimant notre Maître, plus que de raison
A la nuit tombée, Il nous disait
 » Allez-donc vous reposer, Je suis satisfait »
Tous regagnaient leur litière bien méritée
J’étais le seul à demeurer à Ses Pieds, plein d’Amour
 » Que fais-tu, me dit-Il surpris, pourquoi
Ne les rejoins-tu pas, mon fidèle compagnon?
– C’est ici que je désire rester, en Votre intimité
Ici, près de Vous est mon repos, si vous le permettez »
Le Géant, alors sans un mot, souleva le petit chien avec douceur
Geste délicat et tendre, puis le posa contre Son Cœur.

Naïla

Publicités