Ces simples choses

Résultat de recherche d'images pour "foret des druides"Peinture de Vincenzo (1801–1835)

Chacun de vos gestes est une réponse sage,
Quand même la lune imbibe, vous le savez bien,
Les paroles à votre bouche et Oh ! combien
Par votre Silence, j’ai senti s’ouvrir un passage.

De l’indicible, vous me dites, il est un aspect
Que seuls perçoivent les cœurs à l’âme pure,
Sans doute faut-il vivre ces quelques usures :
De grande humilité, de patience et de respect.

Un apprenti avance à sa mesure, et s’étonne
Que point ne l’ennuient ces gestes, qui monotones
Recèlent le secret de L’Alchimie du Bonheur.

Je n’ai point peur et je vous suis de tout mon cœur.
Maître, comme me semble bien pauvre et morose
Tout ce qui ne voit pas le jour en ces simples choses !

 

Les Palmes et L’Oraison

.

L’Exhalaison est puissante de Tes entrailles,
Lors que Contemplation est Le Temps effacé.
De L’Haleine, les brumes enveloppent Les Semailles.
La Terre est vierge de nos fluctuantes pensées.

Déferlent en pluie colorée, les cerfs de la Forêt
Jusqu’aux rives d’une rivière chantante.
C’est bien au soir, lors qu’enfin tout est reposé,
Que nos âmes se souviennent des lunes odorantes.

Nous avons traversé de multiples passerelles ;
C’est en ces conquêtes subtiles que nous apprenons,
Lors que le monde échoue sur les grèves rebelles,

Un homme m’enseigne les Palmes et L’Oraison.
Ce n’est plus d’ici, quand même, un oiseau passe.
Il est de ces instants qui emplissent tout L’Espace.

.

Le Chant du Barde

Арфа

Prière du Barde

Résultat de recherche d'images pour "ossian and malvina"Peinture de Joseph Robert von Langer (1783-1846)

J’entends la plainte depuis les eaux dormantes.
Sont-ce de l’intuition la rumeur des profondeurs ?
Au frissonnement des lumières s’effacent nos erreurs.
C’est L’Aube qui révèle la Beauté de L’Amante.

Le vent emporte les complaintes oublieuses !
Maître, je Te vois fendiller le bois des regrets.
Du Jade, il est un Collier qui file les Reflets.
Tu m’apprends comment, de L’Indicible, L’Eau creuse.

Du Compagnonnage le plus singulier, mon âme
Épouse chaque flux à La Montagne du doux émoi.
Si Tu T’éloignes, Le Silence est L’Echo de notre Foi.

Barde ! j’entends le sous-bois des clartés de Ta Flamme.
Chaque gorgée au creux de Tes mains de Lumière,
M’emplit des prégnantes clameurs devenues Prières.

Mercredi

A L’Amie

Nightingale, by Abdur Rahman Chughtai

 

 

Évanescent murmure d’indicibles mots,
Vous allez, et je reste en ce Silence
De douleur, le cœur s’absente :
L’Amour est fidèle en l’étrange distance.

 

 

Peinture de Rahman Chughtai