Alchimie

Un jour, vous me confiâtes une graine.
L’ai-je bien enfouie sous la terre ?
Voyez comme je l’arrose de votre Mystère.
En ce cœur tout entier, L’Alchimie opère.

Tomtar och Troll , John Bauer

 

Des Rosées de L’Épanchement,
Une petite fille aux cheveux de lune
Se tint tout contre L’Arbre de Fortune.
Son Nom devint suave aux lèvres de L’Entendement.

  * Peinture de John Bauer (1882-1918)
Publicités

Sororité

Dans ces yeux où brille une étoile que l’inquiétude pâlit, je vois toujours ces terres caressantes dont les courbes vallonnées ouvrent des horizons insoupçonnés ; dans cette bouche au sourire vacillant coule toujours ce miel aux mille senteurs des prés de la saison belle, quand, t’en souvient-il, heureuses et insouciantes, nous allions par les chemins dérobés et les sentiers oubliés, dans la fraîcheur bienfaisante des sous-bois où s’épanouissait la fleur blanche ; et ces mains jointes aux doigts parfois serrés me font toujours penser à une flamme de chair en laquelle les ardeurs viennent assagir leur incandescence, pointées en oraison vers la hauteur, tandis que nos regards étaient tournés vers la profondeur ; nous cherchions au cœur de nos mots encore verts le silence d’or de la maturité tranquille ; nous voulions donner à nos gestes naissants toute la noblesse du mouvement juste. L’espace qui nous habitait nous traversait et s’étendait au-delà de notre petite mesure. Nous désirions entrevoir les rivages de l’éternité, que la providence accorde parfois à la vue des mortels. Nous réalisâmes que nous étions le même être qui jouait à se décliner en chacune de nous et savions alors que plus rien ne serait comme avant. Nous avions changé de monde et le monde avait changé de nous… Cela nous fit tant rire que nous en eûmes le ventre meurtri. Nous nous traitions de folles mais nous ne l’étions pas. Cette lumière nous éclaire toujours et à jamais. Oui, ce jour-là, nous découvrîmes ce qu’est vraiment la sororité ; et par la suite, nous apprîmes également qu’il n’est rien au monde de plus rare et de plus précieux. Il est ainsi des choses que plus rien ne saurait défaire ni délier, quand même nous le voudrions nous-mêmes. Mais ni toi ni moi ne le voulons car on ne renonce pas à sa propre nature, tout comme la Nature ne renonce jamais à la sienne. Un jour, les hommes l’apprendront. À leurs dépens, je le crains bien.

Marie-Louise

 

Fortitude

Comme je voudrais que fussent gravés dans la pierre
Tous ces instants magnifiques où nos deux êtres
Se découvrirent consanguins, en leur plus foncière
Nature, et jurèrent de n’avoir d’autre maître

Que l’Irréductible en lequel la conscience
Libre franchit les portes de la perception
Et transcende toutes les échelles de l’apparence.
Le chemin des étoiles est voie d’initiation.

Heureux ceux qui en ces temps d’extrême solitude
Jouissent d’un lien qui leur donne l’intérieure fortitude !
Telle est la haute vertu d’une vraie sororité.

De même, nous demeurons liées à tel frère d’armes
Avec qui nous partageons le pain et les larmes ;
Pour nous n’est pas un vain mot la fraternité.

Justine

Messagerie - koala safari - Outlook

En L’Âme qui ne sait aucunement se lasser,
L’Amie, des années qui ont passé, des voyages,
Des nuits qui ont veillé des flammes de nos âges,
Des pleurs dans ces envolées émerveillées.

Des marches que nos pas ne savent plus compter.
Notre douce complicité en nos prières,
Même nos grands remous ont sondé nos paupières
Des épreuves que l’on ne sait plus raconter.

L’Amie qui tient la main en ces petits pas,
Et qui court sur les ondes au delà du trépas.
L’Amie, une Lumière qui noue notre amitié

D’un Flambeau qui se veut notre ultime Espoir,
D’un Monde Nouveau, en cette Sororité.
Un jour, je te vis et m’émus de ton regard.

Océan sans rivage

Lire aussi sur Noblesse et Art de L’écu

.

Porte

mystic gate

Certaines choses peuvent te mener en vallée rieuse
Où l’onde tranquille des collines apaise le regard ;
Nul chemin hasardeux, nulle forêt périlleuse
Ne guettent le voyageur épris et plein d’égard ;

Et l’horizon, loin d’en dessiner les limites,
S’y plisse en douceur et semble un sourire franc
Ouvert à la promesse de ce qu’un ancien mythe
Nomme les Jardins d’Arcadie, que bien des errants,

Chercheurs de Vérité, Chevaliers solitaires
Ont honoré lors de leur passage en ces terres.
Mais bien redoutable en est la porte d’accès

Car elle peut aussi mener l’âme emplie de vide
Vers la désolation du lieu le plus aride
Qui scellera sa vie par un ultime verset.

Marc

Voir aussi Porte épiphane sur La profondeur

Door-to-infinity