L’Echo

John Bauer illustration "Among Gnomes and Trolls" (Bland Tomten och Troll)

 

 

Si les rondeurs de La Nuit ne m’avaient surpris
Je serais bien indolent au bruit du Vent,
Me confia un Arbre qui frémit.
Je sus que L’Echo est chemin de folie.

 

    * Illustration de John Bauer (1882-1918)
Publicités

Alchimie

Un jour, vous me confiâtes une graine.
L’ai-je bien enfouie sous la terre ?
Voyez comme je l’arrose de votre Mystère.
En ce cœur tout entier, L’Alchimie opère.

Tomtar och Troll , John Bauer

 

Des Rosées de L’Épanchement,
Une petite fille aux cheveux de lune
Se tint tout contre L’Arbre de Fortune.
Son Nom devint suave aux lèvres de L’Entendement.

  * Peinture de John Bauer (1882-1918)

Ô Homme

Résultat de recherche d'images pour "jules breton"Peinture de Jules Breton (1827-1906)

Ô Homme ! Cœur de mon corps 
Centre de mon être qui devient Ton éloquence.
Ô Homme ! De mes yeux observateurs,
Jamais mon regard n’a dévié de son orientation
Et je suis sans couleur et je suis sans odeur.
Ô Homme ! De mes réalités et de ma propre occultation,
J’ai laissé L’Archer T’atteindre et La Cible était mon cœur.

Car L’humanité est La Réalité de mon corps, tandis que L’Union est Complétude de mon humanité.

 

Langueur des Ruisseaux

Résultat de recherche d'images pour "musique chinoise"

Langueur des ruisseaux qui attendent Le Souffle
Et la flûte implore les Larmes de douleur.
Que me veux-tu ici des affres qui m’essoufflent ?
Je gis éplorée dans les abîmes de mon cœur.

Je tiens le Flambeau des blessés à la guerre.
Des batailles menées, il est ce grand Secret.
Que les plaies de mon Âme cuisent en cette Lumière !
Je souffre des indolences de L’Amant esseulé.

Quoi, que me veux-tu encor ? Je tremble de Toi
Qui à L’Aube s’échappe et l’incendie m’enveloppe.
Il déchire toutes les nuits que Tu me dois.

L’oubli Te désire du feu qui sanglote
Lors que Les Perles nacrées de L’Ultime Amour
Écorchent mon corps qui ne connaît plus le jour.

 

Lire aussi sur Noblesse et Art de l’écu

Drapeau de Muslyumovskogo (Tatarstan, Russie)

Chant de La Mère

Résultat de recherche d'images pour "ne t oublie pas"

Car il est une Charpente et Son Menuisier.
Car il est une Vallée et Son Fleuve.
Car il est une Montagne et Son Sommet.
Car il est une Couleur et Sa Coupe.
Car il est une Chair et Son esprit.
Car il est une Mère et Son Enfant.
Car il est un Cœur et Son Âme.
Car il est un parfum et Son Essence.
Car il est une Vie et Son Sens.
Car il est une Mort et une Renaissance.
Car il est une Lumière et Son Origine.
Car il est un Verbe et Son Discours.
Car il est un étonnement et Sa Finalité.
Car il est une crucialité et Sa Présence.
Car il est une palpitation et Son Amour.

Je marche au devant de La Solennité des pas,
Des prières qui chantent le cœur surpris
Des solitudes de La Nuit et l’étrange amnésie.
Sur les ondes depuis L’Éternel, quand La Voix
S’élève des indifférences et que se cherche L’Amour.
Je marche en cette douleur, et nul ne sait La Délivrance
Qui vient des heures de Son Audience.
Je tiens en mon âme L’Esseulement de L’Alchimie,
Des veilles de ma certitude et de mon Abandon.
Sur les rives de ma constance et de mon Aspiration
J’avance et c’est Lui qui chante ma Nostalgie.
Elle tient mon cœur alerte des réalités de Sa Nuit.
Je chante L’Ancien, sur ce tapis de L’intimité,
Et j’oublie mon corps qui est par Lui visité.
Des douceurs de cette marche, de cette itinérance,
Est L’Esprit à La Pointe de Sa Lumière qui ne jamais trahit :
Il est Celui qui renouvelle chaque Cycle, et Son Royaume anoblit
Du plus infime, jusqu’au lointain des Terres, en Sa Main ouverte
L’Élégie des Roseraies Célestes est en Cette Aube offerte.

La Mère porte L’Enfant et L’Enfant porte La Mère.