Le Souffle Vital

Le « je » n’avait pas de déclinaison. Le monde était uni dans son plus grand ébahissement. Nous ne fuyions pas à ce moment, puisque tout était en sa nature primordiale. Les mots ont une grande importance en ce qu’ils révèlent. Les mots étaient images, et les images étaient des mots. Comme pouvait-il y avoir de séparation ? La vie était les mots et les mots étaient la vie. Le palpable rejoignait l’impalpable et l’impalpable rejoignait le palpable. Le corps était langage et s’inscrivait dans le langage, tandis que le corps était l’image et l’image était le symbole. Le Récit était l’image et l’image était le Langage. Le Langage était Essence et L’Essence était L’Origine. Le Corps devenait L’Origine et L’Origine devenait Lecture. Les uns s’entremêlaient aux autres et les autres fusionnaient avec les uns. Le Souffle était mouvement et Le Mouvement était L’Apnée. A l’intérieur était La Pulpe et à l’intérieur de La Pulpe était La Vision. En La Vision de L’Intériorité était La Vision du Retournement et à l’Intérieur était l’Extérieur et L’Extérieur était L’Intérieur. Le Ciel était en bas et La Terre était au Ciel. Les Pôles s’étaient inversés et La Vision s’ouvrait au Regard. Il fut un temps de Chaos, mais le Chaos était un Magma. Du Magma jaillissaient les mots et des mots jaillissaient le sens. Quand La Question se formulait le détachement était puissant.

A l’Intérieur est Le Noyau et Le Noyau révèle L’Appel. Le Corps devint L’Archéométrie et Le Ciel devint La Sphère des étoiles. Mais peu atteignent cette sphère. Peu s’éveillent aussi à L’Appel. L’on révéla Le Corps comme un Corps de vibrance et Le Corps apprit à voir La Matière. Celle-ci est aussi minuscule qu’un grain de poussière, mais la poussière qui flotte au vent n’est qu’une ombre devant La Lumière. L’on comprit que tout est Lumière et certains sont aveuglés par Ses voiles. C’est en entrant dans La Nuit que l’on voit L’Inversion opérer et soulever les voiles un à un. Cette nuit n’est pas L’Enfer. La Traversée est à l’image de celui qui traverse. Le Couloir lui ressemble. Son Corps est son véhicule. Ce véhicule est Le Livre. Cherches-tu Le Livre hors de toi ? Durant la Traversée, Le Magma n’est pas décelé et le chemin est rude, à l’image de l’inconnu qui est la mort. Penses-tu changer ta nature ? Vaine action ! C’est entrer en ta nature qui est La Clé et c’est par Le Voyage que ta nature se révèle. Hors cela, tu ne fais que rêver. Celui qui découvre la Clé du Souffle Vital comprend ces propos. Telle est L’Alchimie. Tel est son Secret. La Rencontre, c’est Lui. Si tu ne parles pas de Lui, qui parle en toi ?

Une réflexion sur “Le Souffle Vital

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s