L’Ami Renard

Un clin d’œil à L’Ami

 

Illustration de Lisbeth Zwerger

L’as-tu rencontré, son doux regard des buissons,
Quand sa fourrure automnale allume cette clairière,
Que chante sa parure de féerie les doux mystères,
Que notre cœur s’arrête à l’affût de son frisson ?

L’as-tu serré tout contre toi et d’indolence,
Lui as-tu conté ces récits effeuillés de ruisseau,
Chercher les nervures éparses d’éloquences,
Ces menus tressautements qui rendent vains nos mots ?

Son cœur noble s’émeut des ardeurs de ton amour,
Quand, en silence, d’humeur plutôt animalière,
Te mène avec ferveur jusqu’à la pointe du jour.

L’as-tu vu, pupilles dilatées de lumière,
Versant ainsi sur l’ombre les paroles bénies,
Et t’invitant non loin de sa tanière chérie ?

Auteur : Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s