L’Océan

Peinture de George Frederic Watts (1817 –1904 )

Connaissez-vous Amour qui vint de L’Océan,
Et connaissez-vous ses vagues insoutenables,
Se fracassant sauvages sur les fragiles flancs,
Faisant chavirer ses lourds flux insatiables ?

Quand une vague passe et que l’autre vous submerge,
Sans laisser de répit, ou si peu, lors que vous soufflez,
Connaissez-vous cette folie qui vous bouleverse,
Ces menus détails qui vous laissent comme dispersé

Aux quatre vents ; et quand Amour vous offre ses Bras,
Dans sa troublante Force baignée de pure Lumière,
Et vous écartèle, puis que le cruel trépas

Vous fait basculer sur des rives singulières,
Vous gisez ainsi haletant, sans plus penser,
Lors que du corps dissous, jaillit l’Éternité.

Auteur : Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s