La confidence d’un Ange

Résultat de recherche d'images pour "frederic james shields"Peinture de Frederic James Shields (1833 – 1911)

La fièvre des étourneaux,
Ensevelissant les mots d’une reine,
Quand surviennent les fruits de l’orfèvre :
Ils ont eu peur de nos larmes,
Mais ils ne savent rien de la flamme,
Au cristal de nos fers éparpillés,
Sur les plaines que l’on effeuille,
Comme viennent les moussons,
La fièvre des mouettes libérées,
Dans les cieux de notre joie.
Ils ont eu peur de nos tourments,
N’en connaissant ni l’emprise ni la foi,
Quand du haut de sa tour, la reine se souvint,
La seconde de son Amour éternel,
L’enchantement de La Lyre,
Les larmes devinrent ivresse,
L’écorchure d’une lune.
Même si le corps est malade,
Il chante du Chant de L’Âme,
Et L’Ange m’a révélé son secret.

Tranche abrupt l’indécision, et ramène autour de toi les parures de la proximité, puis cultive indéfiniment les révélations sous L’Arbre de Ton Inspiration. Voici l’épitaphe anthume de notre discours, au velours du Cœur de L’Amant. As-tu seulement compris la beauté des forces de Lumière ? Une sève sublime jaillit depuis le Désir et la chair est devenue pâleur de Volupté, quand alors d’éphémère, elle devient Vénus Pérenne.

2 réflexions sur “La confidence d’un Ange

  1. Merci Naïla pour ce poème qui porte la beauté de l’Ange et son doux message.

     » Même si le corps est malade,
    Il chante du Chant de L’Âme,
    Et L’Ange m’a révélé son secret.  »

     » La Beauté des Forces de Lumière  »….

    Bon weekend ma belle
    Amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s