Histoire de fous

Étienne Dinet - Le Vieil écrivain traditionaliste du désert

Le fou avait établi une sorte de citadelle. Quelques-uns de ses amis, qui crurent qu’il se sentait en danger, vinrent lui rendre visite et chacun de lui donner un conseil :

– Ecoute, quand je suis parmi les gens, je me dis qu’ils sont plus malheureux que moi, dit l’un.

– S’ils ont des regards très noirs, je préfère leur sourire, ajouta un autre.

– Je me dis que quoi qu’il advienne, il faut tout voir comme s’ils n’avaient aucun pouvoir sur moi, philosopha un troisième.

Mais le fou les regarda ahuri :

– Non, non, vous n’avez rien compris. C’est tout le contraire. Je me barricade car je ne veux pas qu’ils pensent que je suis dangereux.

Auteur : Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s