D’Ambre et de Musc

Peinture de Nelly Tsenova

Du corps d’ambre et de musc suave
De velours au verger et de rose palpable
En L’Étreinte embrasée de rivière et de cascade
De Jasmin et de violette en ce pourpre sauvage
Lors que Tes lèvres parfumées au Ciel de notre ombrage
Voguent éthérées sur les rives improbables
Puis que perlent au rubis de Ta flamme
L’Incandescente inoubliable retrouvaille
Et que L’Aube épouse les flux de L’Océan matinal
Les vagues de notre Révérence ne savent se contenir
Du fluvial et du plus noble des désirs
Je Te rejoins d’ondes virginales
A l’ombre des cyprès, à l’ombre du Platane
Et du feuillage hébété, je vois l’iris de Ton cœur.
C’est en Toi que s’avive mon âme
Et ne jamais s’achève notre commun soupir.

3 réflexions sur “D’Ambre et de Musc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s