Mille brisures

Birth of Venus by Sandro Botticelli - detailPeinture de Sandro Botticelli (1445-1510)

Mille brisures des récifs de nos aspérités,
Mille écorchures et l’on cuit de l’alchimie pure,
De toutes dérives que l’on ne saurait s’épargner,
Quand finalement vient L’Aube qui nous épure.

L’on sait devenir l’ombre, l’on sait encor chanter
Sous le feuillage des arbres que l’on aime d’Amour pur,
Lors que le cœur de délivrance a tout quitté,
Lors que l’on sait qu’ici est Le témoignage sûr.

Que le moi se meurt sur l’heure et que La Vie clame,
Ce pour quoi Le Temps s’arrête lors que L’Horloger
Vient nous rappeler et du Souffle qui s’enflamme,

Je veux encor vous annoncer et vous mander,
En La Beauté du Silence qui de sa constance,
Nous enveloppe et nous donne à L’unique Présence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s