De La Féminité

Gustave Moreau (1826-1898) Sappho se jettant de sumet de la Roche de Leucade Oil On Canvas -1893 65 x 82 cm (25.59" x 32.28")Peinture de Gustave Moreau (1826-1898)

De La Féminité est un Secret
Entends ma langueur 
Des lancinantes profondeurs
L’Appel en L’Élévation se suspend
Et j’aime au Son de La Lyre
Que mon Âme soit à vibrer
Telle est La Nostalgie
Des fruits de La Solitude
La Nuit s’étend en mon cri
Est-ce L’Océan qui me poursuit ?
Ses vagues rugissent en L’Infinitude
Laisse-moi encore cet instant,
L’Instant de ma servitude.
Ne me réponds pas,
Laisse-moi Te parler !
Ton Silence est Suave à mes lèvres asséchées.
C’est Le Corps qui fait seul Écho,
Ton Appel est mieux que mes mots
De Toute Absence, je bois à Ta Présence.
C’est entière que La Femme frappe du pied…
Sur L’Île verte, je me suis engagée.
Des tambours, puis des écumes,
J’entre en Ta Forêt. 
C’est en mes ailes, que L’Oiseau vole
Il s’est échappé
Ne le rattrape pas, il danse !
Les sucs de ma déraison sont Ton Miel,
Et suis encore à T’aimer,
Lors que je me noie en Ton Ciel,
Je ne veux plus jamais oublier.
Quand L’Âme désire, il n’est rien pour l’en empêcher.
Le corps même semble misérable devant cette fièvre.
Ô mon Âme, mon désir expire et en Toi s’élève.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s