Les mots du Barde

Belles images et peintures

Peinture de Sophie Gengembre Anderson (1823-1903)

Du souterrain des mots, il est certes un Soleil.
D’exaltation, L’Âme en la chair, jusqu’à la moelle,
Frémit des paradoxes ; quel est donc cet Éveil,
Qui au Silence devient L’Harmonie des étoiles ?

J’ai scruté l’indécence qui à mon monde lointain,
Ne jamais me trouble, ni n’ajoute à ma solitude.
Qu’est-ce que donc que de vivre sans lendemain ?
Des mots, il en est, hélas, une multitude.

Ne t’en gave pas, car, ils sont parfois, je le sais,
Cruels d’avoir écorchés les lèvres de tristesse.
L’Âme qui est de par nature pure, ne ment jamais.

Comme est lourd ce poids que prolonge la détresse,
Aux abois de l’aurore, la nuit tremble des mots !
Les trahir me répugne, fussent-ils marginaux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s