Digression (13)

Afficher l'image d'origineIllustration de John Franklin Howe

Des bosquets et des papillons effleurés aux légèretés du Temps de La Libellule, lors que nous entendons parcimonieusement chaque floraison bruisser du souffle de l’autre saison, glissement à peine palpable au Regard amusé, lors que l’on décèle les bergeries du Jardin et qu’elles sont en effervescence oratoire. As-tu parcouru tout ce temps pour échouer en ces rondes concentriques du murmure aux saveurs florales ? Depuis la roche suintante, les effluves de L’Eau parcellaire de structuration circulatoire nous rapportent simultanément des nouvelles. Sont-ce les ondes que fragmente La Vibration en cette Essence ? Ô Nouveau Monde en La Conscience éprouvée ! Petit homme, quelles sont donc ces dilapidations verbales qui ne mentionnent jamais leur Obédience à La Cime de leur Éloquence ? Nous avons emmêlé sciemment les événements de notre visitation alchimique et point n’est besoin de révéler chacune de notre compréhension en la pudeur du morcellement, ou bien est-ce finalement fusion ? Des affleurements de réalités et de phénoménalités nous avons circonscrit les détails sur un collier de perles, devenu empreinte de L’ADN du Souffle germinal. Une femme m’accoste, me demande s’il existe un autre monde et je lui réponds : celui-ci en est Le Signe évident. Lors, elle approuve de la tête et regarde vers le ciel. Mais, si l’on commet un péché, serons-nous punis ? interroge-t-elle. Peut-être qu’il ne faut pas voir les péchés de cette façon, lui dis-je, mais plutôt comme une sorte d’apprentissage. Elle entre alors en un regard intérieur très profond. Est-ce une tourelle en sa demeure, lors que L’Âme est éternelle ? Jamais rien n’est vain, et des obscurités du siècle, nous avons vraiment éprouvé la singularité de vivre en ces multiples dimensions. Si nous racontions ces états de rupture, ces béances supra-naturelles, qu’en serait-il ? Ni Le Soleil, ni La Lune n’ont réuni, à ce Jour, l’équivalent du cœur.  Nous avons encore mêlé aux œuvres subtiles toute concrétude, tels L’Eau et L’Éther, tels L’Air et Le Feu, telles La Terre et La Lumière, et de fait, ils ont trouvé leur place respective. En cette ouverture, nous écoutons depuis longtemps L’Alchimie du Langage, que d’aucuns appellent La Langue des Oiseaux. Mais, La Réalité est Autre, puisque les ouvertures intérieures donnent accès à une langue que seule l’Âme connaît. En ce Royaume des Anges, Le Traducteur est actif et Le Cœur s’allie au Calame qui bruisse sur Les Feuilles atemporelles. La Connaissance est une Pluie de Bienfaisance. La Fourmi s’est effrayée de l’audace de L’Homme, mais Il lui a souri. Que me dites-vous, petit homme ? Vous gardez le silence et froncez le sourcil. N’est-ce pas de L’Autre-côté que nous sommes à comprendre l’illusion ? Non, me répondez-vous abruptement, il s’agit bien plus que d’une illusion : c’est un dévoiement, une supercherie, autrement dit un mensonge. Je vous regarde, très surprise. Vous ajoutez : qu’importe, il suffit d’œuvrer et en L’Intention, fut-elle formulée en cette seconde, le monde change. Mais, nous ne sommes pas dupes.

Résultat de recherche d'images pour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s