Le suintement d’une fleur

Suintement d'une fleurPhotographie d’Océan sans rivage

Gardons en nos mémoires cette fleur de tournesol
Dont la tête penchée semblait comme en révérence.
Une nuit, une main désoeuvrée lui brisa le col
(C’est ce qu’inspire à certains les nocturnes errances).

La tige resta plantée seule, hébétée, longtemps,
Au milieu du jardin soudain pris de tristesse ;
Nous ne désirions pas l’en ôter pour autant,
Comme si nous avions senti en elle une promesse,

Un secret espoir, que nous n’osions formuler ;
Puis une intuition, les prémices d’une certitude :
La nature n’est pas prompte à capituler.

Les jours passèrent. Un matin, de la tige sortit
Une fleur, qui s’annonça d’une seconde le prélude !
Que d’Amour en cette incroyable répartie !

Marc

Lors que j’ai vu le suintement d’une fleur,
Je sais que jamais le vrai Amour ne meurt.

Océan sans rivage, Étrange

 

Se lit aussi sur Noblesse et Art de l’écuMalé Lednice_Slovaquie copy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s