Ruisseaux du Silence

Yu Feian(于非闇) ,《朱竹翠鸟》立轴

 

L’Oiseau se suspend au souffle du printemps et ne bouge plus. Son cœur valse des touches du vent léger et c’est là que ses ailes tremblent des flux de L’Amour. Des nuages passent mais il ne s’évade pas de l’étrangeté, ni des minuscules bourgeons qui lui parlent délicatement. Ruisseaux du silence mélodieux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s