Il ne vient jamais comme on L’attend

 

Tu es Beau de Ton Sourire.
C’est là que je veux m’allonger, Ô Toi !
Dieu de mon Enfance, Toi, Ô Compagnon.

Tu as plié Les Distances de L’Espoir que Tu possèdes en Ta Miséricorde!
Dieu de La Fourmi, de La Capucine, du Hanneton, de La folle Herbe, des Lacs de Ton Immensité, des Vallées de Ton Amour, des élans de L’Arbre, du vol des oiseaux aimantés, des voûtes inconnues de Ton Azur.
Dieu de La Flamme, des Bosquets féeriques, des fleurs minuscules, des rires de L’Enfant.
Dieu des Amants, des Jardins de Ta Proximité, Ta Compagnie, intime.
Dieu de la Veine Jugulaire !
Dieu du Sanglot, Dieu de Tes Manifestations.
Dieu de notre Guidance !
Ne dis pas : Il n’est pas Là !
Ne dis pas : je ne vois pas !
Ne dis pas : cela ne m’est pas donné !
Ne dis pas : je n’entends rien !
Ne dis pas : je suis loin !

Tu es Dedans, mais tu ne le sais pas.
Ne dis pas : ce n’est pas comme je le croyais !
Justement !

Il ne vient jamais comme on L’attend.

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s