Jaillissement

Peinture de Ferdinand Knab (1834-1902)

.

Entends-tu La Plainte au vent du Firmament ?
Depuis Ton Amour languissant, Ô Suprême Amant,
Lors que L’Eau caresse Le Point Culminant
Ton Trône est Splendeur au Cœur du Jaillissement.

.

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s