Ruisselance

.

C’est aux lèvres du Ciel que La Bouche s’extasie
Des Paroles recueillies, en ce cœur de vibrance.
C’est en Ce Regard que La pupille frémit,
Lors que palpite La Singularité d’un Silence.

C’est en ce bruissement qu’est La Présence.
D’Elle, s’écoulent les filets de la ruisselance.
Les étoiles de La Quintessence,
En cette Fusion, chantent Leur Réverbération.

– Se sont fait mille et une Révérences.
– Se sont, tour à tour, effacées.
– Qui donc ?
– Les beautés de La Conscience.
– Où s’en sont-elles allées ?
– Sur les monts de L’Évanescence.
– Quels sont-ils ?
– Les Royaumes de La Proximité.

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s