Origine

Katsushika Hokusai (1760-1849)

 

Tant de souffrance et tant de monde qui s’échappe du silence.
D’avoir entendu le bruit de leur larmes tomber sur le fracas de L’Indifférence,
D’avoir saisi les affres de leurs ténèbres, je suis restée sans voix.
Sur le bord du monde, je n’ai pas résisté, et j’ai marché en pensant à chacun d’eux.
Je me voulais les caresser et les réconforter, et surtout ne pas me sentir séparée.
Te souviens-tu, lors qu’assise sur la table du Jardin, le dos courbé, respirant le vent des arbres,
Tu es passée en ce frôlement des pieds, et tu pleurais ?
J’ai ouvert les yeux et je t’ai souris.
Alors nous nous sommes embrassées en cette reconnaissance.
Tu es tous ceux que je rencontre.
Depuis les étoiles du firmament, je vous entends.
C’est ici que je suis à vous aimer.
Effacée sur les pages que l’on n’ose plus tourner.
Des effusions qui prennent le ventre de ma maternité.
Je suis à vous aimer.
Des rais furtifs de Lumière, j’ai choisi ce qui ne m’a jamais séparée.
Des yeux de l’enfant qui ne sait rien.
C’est ici que le cœur est à rayonner de ce qui est l’Ancêtre.
L’Origine est L’Amour.

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s