Retraite

alan-lee2Peinture de Alan Lee

                Renoncement dans une cellule à l’étrange aspérité
                Séjour dans la cavité d’une grotte marquant la solitude
                Retraite ainsi désirée jusque dans le silence rythmé
                Centrée, l’énergie oriente son action quêtant la plénitude
                Pétales closes dans la nuit, vision du Soleil de la Guidée
                La mort approche dans l’évanouissement de ce qui est don
                Ceci ne m’appartient pas, je dépose à Tes pieds, armes et bouclier
                Le sourire d’une conquête contre l’illusion, ce plomb
                Les mains se tendent vers la pureté du Ciel étoilé
                Tout est ici, le chemin vers l’Infini, Réalité d’une vie
                S’est ouverte la porte des mondes inexplorés
                Solitude et ascèse, corps amaigri et asservi
                Pourtant, telle une fleur, l’espoir est cet expir
                J’agrée ainsi la part de la Destinée, me répand et attend
                M’appuyant contre l’Arbre de la Majesté, accepte de mourir
                Langueur et désir enflammé, vérité ancrée dans cet élan
                Dans la nuit, mon Ami, pose Ta main, soit mon intime
                Les larmes sont les vagues de mon âme torturée
                Car la joie a ses profondeurs qui ressemblent à l’abîme
                Troublante contradiction dans l’Alchimie d’une voie exaltée
                Car la Joie est l’étrangeté des sentiments les plus grands
                Embrasement de l’intérieur, Beauté du pur contentement
                La caverne, lieu intime, mêlant gratitude et débordement
                Quête aussi, en ces bras tournoyants, rayonnement du Chant
                Prends mon ami, l’univers est l’immensité du cœur des Amants.

Océan sans rivage

(12 mars 2015)

Publicités

Une réflexion sur “Retraite

  1. […] Magnifié Ma Colombe Depuis toujours Éternel Sourire Cette danse Mon Océan (vidéo) Émerveille Retraite L’Âme implorante   Peinture de William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) Car, je sais que je […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s