Dernière escale

paul_hoecker-nonne_im_laubgang-1897Peinture de Paul Hoecker (1854-1910)

 

Elle était assise sur un banc de pierre, au bord
D’une allée arborée qui s’allongeait à perte
De vue et qui était étrangement déserte,
Aux prémices d’un jour qui, de prime abord,

S’annonçait quelconque en sa pâleur moribonde ;
J’ignorais encore que s’ouvrait un jour sans fin
Et que le bord de l’allée serait celle du monde
Dont je perdrais à jamais toute soif et toute faim.

Dès la première seconde, l’âme fut prise toute entière ;
Les décors tombèrent, il n’y eut plus de frontière ;
Seul demeurait l’instant, en l’infini mouvant ;

C’était de ma nef, je le sais, l’ultime escale.
Mes Compagnons, voici venue l’heure virginale ;
J’ai toujours su que ma cabine serait mon couvent.

 

Marc

Publicités

2 réflexions sur “Dernière escale

  1. […] Étincelances Malheureux qui comme Ulysse Épitaphe Vibrance vermeil En cette profondeur Dernière escale Confluence Pays sans frontière Le Voyage dans les […]

    J'aime

  2. […] Étincelances Malheureux qui comme Ulysse Épitaphe Vibrance vermeil En cette profondeur Dernière escale Confluence Pays sans frontière Le Voyage dans les […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s