Remous

vaisseau de nuit

Lors que la brise océane se fait impétueuse
Et que l’onde paisible se transforme en rouleaux
Soulevant l’écume qui s’abat, torrentueuse,
Sur la nef surprise, alors errante en ces eaux

Devenues étranges et dont aucune carte ne trace
La moindre route connue ; lors que tout se confond
Et que des choses les contours s’estompent puis s’effacent,
Il faut sonner la cloche et monter sur le pont,

Tenir ferme la barre et carguer la voilure.
De fait, chaque remous annonce le franchissement
D’une Porte, qui est aussi point d’affranchissement.

L’Océan alors retrouve sa plus noble allure
Et rouvre le large vers l’éternel horizon.
Longue est la route pour rentrer à la maison.

Marc

Bateau fantome

Publicités

Une réflexion sur “Remous

  1. […] Vital Joie et tristesse Destinée Royaume intérieur Sur cette allée Misère de la compassion Remous L’Ailleurs Le pain et l’eau L’improbable sérénade L’instant qui vient Si […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s