Naissance et connaissance (Livre 2)

Peinture de Rob Gonsalves

Pourquoi serais-je une conscience ?
Qui fait que je suis à me poser cette sorte de question ?
Me voilà de nouveau face au précipice.
Cette fois-ci, l’Océan est d’un calme pur.
Pourquoi, dis-tu qu’il est pur ?
Qu’est-ce donc cette pureté ?
Comment sommes-nous parvenus à donner un nom à ce ressenti?
J’ai longtemps contemplé la cascade, ce jour d’été.
Je fus saisie par sa fraîcheur enveloppante et le chant qui en émanait.
L’Eau est un abondant Rappel.
Ecoute la Voix Ancestrale, le discours est là.
A vrai dire, la pureté est une réminiscence en ces murmures.
Enfin, je le crois.
Les choses sont-elles là, en cette nature ?
Ou bien là ? Et là, je désigne mon cœur…

Quel est donc pour toi, le moment le plus pur ?

Le précipice ne semble plus en être un, dès lors que l’Océan se repose.
Au fait, es-tu sûr qu’Il se repose ?
Lors qu’il se déchaîne, n’est-il pas en son plus grand repos ?
Quant au moment le plus pur qui soit, je pense,
je pense, je pense … que tous les moments sont purs.
S’ils ne le sont pas, c’est alors que notre regard n’est pas pur.

Mon Ami, pourquoi ne me dis-tu plus, allons marchons ?
Je vois que tu as levé le regard, et qu’une perplexité plisse ton front.
Au fond, nous sommes tous à marcher, n’est-ce pas ?

Un jour, je me trouvais en un train.
J’étais accompagnée de nombreux passagers.
Nous étions indifférents, l’un envers l’autre, ou faisions mine de l’être,
qui sait ?
Le train ne roulait pas très vite.
Tout à coup, je vis par la vitre, un groupe d’hommes et de femmes,
venant d’un lointain passé, marcher.
Aussitôt, je fis arrêter le train, et les rejoignis.
Leur marche est Noblesse.
Ils marchent depuis des milliers d’années !
Mon être tout entier est envahi d’extase devant leur profondeur,
leur silence éloquent, leur ardeur, leur patience.
Leur vêtement immaculé, en dépit du voyage, révèle leur sacralité.
Ces voyageurs depuis L’Aube des Temps savent marcher.
Ils ont épousé le rythme du cœur.
Depuis, je suis avec eux.
Et, où pourrais-je me trouver, sinon?

L’océan est suspendu au firmament.
S’il se repose, alors, reposons-nous avec Lui.
Prenons place au bord du précipice.
Le vent est à jouer avec la falaise.
Il en accentue l’aspérité.
Quoi qu’il advienne, un précipice reste toujours dangereux.
Aujourd’hui, j’en vois le Soleil.
C’est en L’Océan qu’Il brille intensément.
Il en a fait un firmament éblouissant !
As-tu remarqué comme Ciel et Mer se ressemblent ?
Ils sont d’une fidélité en leur Union perpétuelle.
Ils sont les Amants de chaque Instant !

Je ne suis plus à me demander si je dois être une conscience.
Cela m’est une pure évidence.
Je ne serai pas à goûter cette évidence, si je n’étais pas une conscience.
Mon Ami, mon Ami, je suis juste à désirer rejoindre ce point de rencontre
que me montre
L’Horizon.

Là, le vois-tu ?

Je sais que ce lieu de La Rencontre est en nous.
Je sais qu’en ce Lieu est aussi L’Instant Palpitant.
L’Espace et le Temps se mêlant.
Lors que la porte s’ouvre, le cœur en devient L’Immensité…
Lors que L’Appel est entendu, le Son même de La Voix est une Ascension.

Naïla

                                  Héraldie

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

4 réflexions sur “Naissance et connaissance (Livre 2)

  1. […] via Naissance et connaissance (Livre 2) — La profondeur […]

    Aimé par 1 personne

  2. This illustration is great

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s