Souvenir Intime

« Souvenez-vous de Moi, et Je Me souviendrai de vous « . (S.2 v.152)

imgend our-amazing-world: ; Amazing World beautiful amazing:

Tu es La Première Larme versée,
Jaillissements des sources Bouillonnantes
Tu es Le Premier Rire de l’Insondable Vérité
Ruissellement du Jour de La Bonté Aimante
Tu es le Premier Rayon des horizons exaltés
Éblouissante Étreinte à la pointe du Jour
Tu es Le Premier Amour, irradiant Le Calame
Effervescence de l’Ecriture qui s’unit au Discours
Tu es La Première Lumière, en ce Chant de L’Âme
Je ne T’ai pas oublié, je ne T’ai pas oublié, je ne T’ai pas oublié
Je suis Ivre de Ta Promesse, et la mort est mon Secret
Tout ce commencement qui se pétrit en mon océan
Sur les Rives illimitées, s’élance une vague jusqu’à Ton firmament
En l’enlacement des sublimes Azurs, une vibrante Lyre
Me fait mourir, me fait sourire, me fait vivre, abreuvée de Ton Respir
Et je pleure de cette larme qui est Ta Larme, et je goûte à ce Souvenir
Enveloppée du linceul, ondoiement de mon âme en cette vibration
Je ne T’oublie pas, je ne T’oublie pas, je ne T’oublie pas

Toi, Souvenir Intime, mon Roi.

Naïla

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

8 réflexions sur “Souvenir Intime

  1. Vincent dit :

    A Marguerite Porete et quelques autres

    Au large

    Pensées vives et blanches
    dont le mercure vient doucement corrompre l’or du temps
    transparences anéanties des béguines
    qui fluent au soleil cramoisi de l’Histoire
    libres tant que défaille le pouvoir d’en rien dire

    Pensées d’un très vieux rouge mêlées à ce sable qui tangue
    semblables en leur rondeur lisse et noire à ces olives
    d’où se dresse la fierté des algues au flot montant
    Pensées blondes et pourtant d’où coule l’obsidienne
    de cette nuit si chaude et tendre de l’être qui s’enfuit
    électrisant nos ciels de silencieux orages

    Le temps emplit nos coupes

    Rien
    hors boire cette fêlure fée
    cette perte
    et choyer au foyer de nos corps
    le souffle et l’incendie de la conscience

    Le roi des elfes glisse à la crête des vagues
    sous la poudre des siècles luit la noirceur neuve de son regard
    Dans la cendre le joyau mat de l’unité
    dans l’évidence ténue des cendres
    hors de tout doute
    immédiat
    vertige de certitude

    Bref
    l’un
    que l’on ne saurait dire
    Présent pourtant
    caresse
    à la peau comme à l’âme
    inévitable
    respiration de certitude

    Présent
    au coeur de vos fragments
    présent
    dans l’éclair même de la fracture
    Inexpugnable

    Et silence

    Aussi cette clarté que vous prêtez aux choses
    c’est bévue
    et quoique multiplient ombres et spectres à l’écran
    au fond des choses rien n’est sûr
    hors de ce coeur battant de toute preuve

    Lavez vos yeux, lisez le prisme
    Il n’y a là
    voyez
    que l’eau de votre histoire,
    narquoise qui secoue d’un beau rire
    les hoquets de ces cystres où votre sang se perd

    Confiez aux nuages vos rêveries d’espace1
    et soufflez ces fumées
    Plus jamais ne reverrez vos mères

    Les retours ne sont lourds que d’absence
    leurs poids sont faux
    et leurs mesures mensonges

    Rien qui revienne ne saurait être amour

    1″Nous avons appelé notre cage l’espace, et ses barreaux déjà ne nous contiennent plus”
    Louis Aragon . La nuit de Moscou

    J'aime

    • Périple Secret

      Par le monde des étoiles en fusion
      Par celui qui se connaît depuis l’Union
      Par les vagues rares et consacrées
      Par l’Aube d’une rive reconnue
      Par la Beauté éblouissante des nues
      Par Une Rencontre avérée
      Tu as donné à chaque chose un Nom
      Tu as Communiqué Ton Rappel jusque dans les Tréfonds
      Tu as posé sur les rives de chaque mer une empreinte
      Chaque pli est un voile qui se découvre et donne à Te voir
      Dans les remous, la force d’une eau qui porte vers la Terre Sainte
      Force D’un doux Expir, douceur du Roi Aimant, Ô Espoir
      Compatissant comme le Rayon qui traverse le couloir de la Conscience
      Sagesse agencée dans l’Harmonie qu’effleure Ta Gloire
      D’éléments fragmentés, de perles en perles, de miroir en miroir
      La Beauté est Contemplation pour qui en l’Origine sait voir
      Mon Guide Parfait, Tu es Le Tabernacle des Lumières
      Celui qui s’approche de Toi, l’entièreté du Chemin, Ô Mystère
      L’image est le Visage retrouvé de toutes sphères éclairées
      Le Pèlerin sait que la monture fait son cavalier, et le chemin, la Destinée
      Par la nuit qui se marie au jour, l’Épousée est complétude
      La Beauté est juste sourire dans la pleine gratitude.

      Naïla

      https://tarogramme.wordpress.com/2015/03/08/periple-secret/

      J'aime

    • Il est Temps

      Il est temps, mon Ami, juste le temps de trouver
      Pour chaque récit, le sens à tout ce théâtre de Vie
      L’âme a dit: pourquoi, Mon Seigneur ces longues nuits
      Ces effusions de sang et les terribles épreuves de tes Aimés?
      Il est temps que tu deviennes l’oiseau de tous les voyages
      Il est temps que tu survoles les vallées de tous les âges
      Il est temps, que si légère, si légère, ton âme devienne matière éthérée
      Il est temps, que tout ceci s’efface dans la grâce et la vision
      Le bonheur est dans un puits, dans les plus sordides prisons
      Il est aussi dans la plus belle des évasions
      Car le regard Témoin s’évanouit en un autre lieu
      Aveugle à toutes les péripéties, découvre dans les plis de son corps
      Le plus beau des manuscrits, son Trésor
      Un souffle si puissant qu’aucun vent ne peut détruire
      Une force puisée dans l’océan des Amoureux
      Nectar du ciel Mystérieux que nul ne peut abolir
      Il est temps, mon Ami, juste le temps de trouver cet accord
      De gravir par le chant jusqu’au dernier Ciel
      Retrouvaille, harmonie en ce perpétuel essor
      Il est juste le temps de vivre l’Union Éternelle
      Contemplation du Trône et du Roi de tous les mondes
      Rassembler toutes les Réalités de LUI en cette ronde
      Il est temps Ô mon âme, je t’attends
      Il est temps, en ces noms retrouvés, Ô ma Présence
      Ma vie, l’histoire de tous les temps
      Ô mon Âme, Ma Compagnie, Raffinement, Majesté, Fragrance.

      https://tarogramme.wordpress.com/2014/10/13/il-est-temps/

      J'aime

    • Brodeur de Vie

      Ô Brodeur de vie, Tu y as mis tant de couleurs
      Tu ouvres un Livre dans lequel je Bois Ta Présence
      Elle irrigue chaque infime de mon corps et de mon esprit
      Ô Brodeur de vie, je vois Ta grande Clémence
      Dans la plus pure des soies, coule une savoureuse liqueur
      Ô brodeur de vie, Le Calame est L’Ami de mon cœur
      Il est une danse Suave qui tournoie entre mes doigts
      J’y colle mes lèvres amoureuses, mon cœur frémit de Toi
      A Tes pieds, je me suis accrochée, ce Discours n’est pas moi
      Par la broderie, je vois Le Brodeur, et chaque fil est Réel
      Mes mains sont celles que je trouve dans Le Ciel du Roi
      Ô Mains Bénies, je dépose là, sous le piédestal, le seul Présent
      Celui que Tu m’offres depuis l’Origine de La Rencontre Suprême
      J’étais une infidèle, et Tu as Fait de moi la Quête de Ton Chant
      Comme est Grande Ta Bonté, de m’inonder de Ton Amour extrême
      Il est la vague et encore la vague où je me laisse bercer, où j’aime me noyer
      Nul ne peut éteindre ce feu hormis Toi, et l’attiser ainsi, pour que je Te vois
      Ô Brodeur de vie, le Nectar de Ta majesté est l’Immanente Beauté
      Tu as fait de moi un Corps entier, et par chaque sens, il est aussi une Voie
      L’encre de cette plume est l’océan intense, une perle pointe à son Apogée
      Ceci puisé dans le réservoir illimité où chacun peut Te rencontrer
      Ô Brodeur de vie, Celui qui tient un fil, tient La Main du Brodeur
      Cette insensée désire Te toucher, chaque extase est L’étreinte du Désiré
      Toi et moi, unis en un geste dont le Fil rend compte de la profondeur
      Désiré et Désirant se cherchent en cette histoire de la Conscience Éveillée.

      https://tarogramme.wordpress.com/2015/03/24/brodeur-de-vie/

      J'aime

  2. […] Ciel du cœur Murmure du ciel Son et Lumière Expir Ciel de l’Incandescence Le Pur Émoi Souvenir Intime Magie du Faucon Instant de Grâce Mon Ami Le Roseau Cette Mort Messagère Magie de la Huppe Regard […]

    J'aime

  3. […] Ciel du cœur Murmure du ciel Son et Lumière Expir Ciel de l’Incandescence Le Pur Émoi Souvenir Intime Magie du Faucon Instant de Grâce Mon Ami Le Roseau Cette Mort Messagère Magie de la Huppe Regard […]

    J'aime

  4. […] Ta grande Clémence Dans la plus pure des soies, coule une savoureuse liqueur Ô Brodeur de vie, Le Calame est L’Ami de mon cœur Il est une danse Suave qui tournoie entre mes doigts J’y colle mes […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s