Présence de La Pensée

« La vue n’a nullement dévié ni outrepassé la mesure. » (S 53, v 18)

La pensée pure, jaillie depuis les cimes, n’est pas pensées réflexives.
L’oiseau recueille le nectar et le soumet à l’Esprit dont la vision ne dévie pas de sa trajectoire.
Ni imagination, ni illusion, ni interprétation erronée.

Une perle immaculée.

Ainsi, dans la concentration nous parviennent les nouvelles de l’Autre monde.
Tout vient en concordance, jamais ne nie ce qui s’est passé, ni ne trouble le Présent de la Présence.
Ceci est la Majesté qui flotte tel l’Étendard de la Suprême Beauté.

A Portrait of a Dervish by Nur Ali Shah, Iran, 19th Century.:

Présence éprouvée en La Pensée réitérée
Puissance du Souffle en chaque pas de Vie
Ne peut T’oublier, tout droit, mon désir est intensifié
Victoire permanente en cette Cité qui T’accueille par le souvenir
Ceci est Jaillissement du retentissant cri
Le cœur est un vaisseau dont les voiles sont Ton Espoir
Sans Ton Regard, je ne saurai être cet entier soupir
Mes doigts s’accrochent au mat de L’Amitié, mon Intime
Sans ce Souvenir, je n’existe pas, Tu es mon Miroir
Perpétuelles pensées qui se concentrent en un silence
La Voie est une force recueillie au plus profond de l’abîme
Les vagues sont les lumières concentriques de Ton Excellence
Le Temps est Beauté du Royaume Divin qui n’a pas de fin
Les perles et joyaux en ce monde ne troublent pas L’Aspirant
Il se repose en l’effluve de La Sublime Présence, L’UN
Si la Conscience se dérobe une seconde, se contracte le soupirant
C’est en cette souffrance que ma route est sûre
Se meurt le monde illusoire en ces épanchements qui sont l’usure
Le Royaume Céleste a ses profondeurs que connaît le véritable cheminant.

Naïla

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

3 réflexions sur “Présence de La Pensée

  1. « Nous savons qu’Allâh a relié toute forme sensible à un aspect principiel dont la détermination (tawajjuh) est régie par un nom seigneurial. C’est pour cela que nous interprétons ésotériquement le discours de la loi sacrée, point par point, d’une manière qui correspond au statut extérieur. Tout statut juridique comporte à la fois une forme sensible et un esprit divin qui lui correspond dans l’ordre principiel; c’est ce que l’on nomme l’ « interprétation ésotérique ». Le terme i’tibâr évoque l’idée de « passer au-delà », à la manière dont on traverse une rivière ; c’est la parole du Très-Haut : « Il y a en cela une signification intérieure (‘ibra) pour ceux qui sont doués de regards sensibles » (Cor. 24, 44); et cette autre : « Allez au-delà (fa’tabirû), ô vous qui êtes doués de regards sensibles  » (Cor. 59, 2), c’est-à-dire : « passez au-delà des formes que vous percevez au moyen de vos regards sensibles en allant vers les significations métaphysiques (ma’ânî) et spirituelles (arwâh) que ces formes comportent à l’intérieur de vous, de manière à les percevoir au moyen de vos regards subtils (basâ’iri-kum) » (4). Il s’agit en l’occurrence d’un commandement divin et d’une incitation pressante à rechercher l’interprétation ésotérique. C’est là un point méconnu des savants, du moins de ceux qui s’en tiennent aux significations extérieures et qui ne connaissent de l’ésotérisme que l’étonnement où il les plonge. Il n’y a aucune différence entre leurs intelligences et celles des petits jeunes gens : ils ne vont jamais plus loin que la forme extérieure et ne font pas ce qu’Allâh leur a ordonné. Que le Très-haut nous accorde l’expression adéquate de ce dont nous avons la vision directe et la science de la part de Dieu : science procédant du dévoilement, de la contemplation et du goût spirituel. L’interprétation ésotérique est une ouverture (fath) opérée par Allah et qui apporte la signification appropriée. Nombreux sont ceux qui ne peuvent interpréter ce qu’ils portent en eux-mêmes ou qui dénaturent, dans leurs interprétations, la vérité de ce qu’ils portent en eux-mêmes. C’est Allâh qui assure la réussite. Il n’y a d’autre Seigneur que Lui ! »

    (4) La signification ésotérique procède du regard intérieur des êtres par l’effet de leur réalisation initiatique.

    [Ibn ‘Arabi, Futûhât chap. 212, traduit et annoté par Abd Ar-Razzâq Yahyâ (Charles-André Gilis)]

    Aimé par 1 personne

  2. […] La promesse d’un fou Séparation et Union Cet Amour Vénération Forêt Bleue Cet Ailleurs Présence de la Pensée Ciel du Mystère Ciel qui est Oraison Ciel de l’Espoir Ciel du Récit Ciel de […]

    J'aime

  3. […] La promesse d’un fou Séparation et Union Cet Amour Vénération Forêt Bleue Cet Ailleurs Présence de la Pensée Ciel du Mystère Ciel qui est Oraison Ciel de l’Espoir Ciel du Récit Ciel de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s