Qu’y puis-je?

Peinture de Freydoon Rassouli

Qu’y puis-je, si je L’aime ainsi
Qu’y puis-je, s’Il a mis cet Amour
Qu’y puis-je, s’Il m’a donné cette Voie
Qu’y puis-je, si je L’aime en cette intensité
Qu’y puis-je, s’Il m’étreint le coeur
S’Il m’abreuve et me donne cette transe
Que puis-je faire de cet Amour déversé
Je ne sais plus être que cette effervescence
Je suis ivre de la Nuit qui ne finit pas
Je suis ce que je suis, sans cesse à Sa Merci
Cette effusion est une vie de douces senteurs
La danse est une profusion pour toujours
Des rivières et des ruisseaux, des bassins d’argent
Roucoulement, clapotis qui se boivent à pleine gorge exaltée
Les pas se font légers en ce sentier des Amants
Les musiques de L’âme dans la profondeur des vallées
Les cascades de joie devant l’immensité sublime et Magnifiée
Sont-ce mes larmes ce bassin où je plonge, qui deviennent Son murmure
Sont-ce mes larmes, ce puits qui accueille le doux souffle bien-aimé
Sont-ce mes pleurs venus à la pointe du jour des étranges courbures
Qu’y puis-je, si l’ivresse est le chemin qu’absorbent les pas de ma nostalgie
Ô fais de moi cette mélancolie qui n’en finit pas, ceci est ma joie
Hébétée devant ce monde, ivre de Lui en Lui, ainsi est ma vie
Hébétée en ce refrain quand le tracé se fait Hymne pour mon Roi.

Naïla

Publicités

À propos de Océan sans rivage

Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. Rumi

3 réflexions sur “Qu’y puis-je?

  1. Il est une invitation qui comble tous nos espoirs
    Il est une allée qui se déploie tel un tapis de velours
    Il est une réponse qui satisfait notre nostalgie du grand Amour
    Toutes ces muettes interrogations
    Qui nous laissaient transie dans le noir
    Tout ce monde mort dans les ténèbres du regard
    Il est un berceau vierge, qui soulage la peine bouleversante
    Un lieu oublié et combien réel en ce périple qu’ on ne sait voir
    Un voyage au coeur de la nuit étincelante
    Une histoire amoureuse, tissée de ciel et de terre
    Une contrée intime et sublime qui est certes majesté et Mystère
    Visitée par des vigoureuses ailes aimantes
    Si L’Amour enflammé en ce coeur devient obstiné
    C’est qu’ un beau sourire l’encourage, au milieu de la tourmente
    L’Âme qui se souvient s’ en retourne sereine et apaisée
    Elle voit ce qui se voit en cet Amour illimité
    Elle entend ce qui s’ entend quand chante L’Empyrée
    Vénusté des voiles soulevés en ce monde inconnu
    Je demeure ainsi les fleuves de gratitude et de bonheur
    Se confondent en cet Ailleurs qui est mon coeur
    À genoux, je suis toute confondue, Ô mon âme mise à nue.

    J'aime

  2. […] L’Étreinte Le Chant du retour Crois-y Anse Jacob et Joseph Âme à qui je parle Prose Vivace Qui puis-je ? Innocence Le sanglot des orphelins Chant sur le Prophète Saints de Dieu Chant d’Amour […]

    J'aime

  3. […] L’Étreinte Le Chant du retour Crois-y Anse Jacob et Joseph Âme à qui je parle Prose Vivace Qui puis-je ? Innocence Le sanglot des orphelins Chant sur le Prophète Saints de Dieu Chant d’Amour […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s